L'ATELIER ET LA PRESSE

LA LIBERTE DE LA PRESSE NE S'USE QUE SI L'ON NE S'EN SERT PAS.
LA LIBERTE DE LA PRESSE NE S'USE QUE SI L'ON NE S'EN SERT PAS.

En matière de Presse comme en toute chose, il y a souvent des choix à faire. Pas judicieux de dire non. Pas forcément astucieux de dire oui, à toutes les sollicitations. Bien sûr, la concurrence bat son plein aussi dans ce domaine et dire oui à l'un conduit parfois à voir arriver d'autres propositions du même genre, et sans avoir rien demandé. L'effet ricochet fonctionne à plein.

 

Pour autant, une réflexion préalable - un choix éclairé - permet de se situer à la bonne place et de faire venir à soi les médias qui vont bien, mettant de côté ceux qui conviennent moins, dans l'immédiat et dans l'avenir. Une réflexion parallèle - court terme et long terme - s'impose. C'est un gage de qualité, de longévité des relations, d'affinités, de moindre remise en cause. De refus de la compromission, qui sait ?


QUELQUES revues ou Articles


LE FIGARO MAGAZINE, C'EST ICI - ARTICLE DU VENDREDI 22 MARS 2019

Il vous attend dans votre kiosque préféré. l'Atelier du FAIRE-SAVOIR - Sylvie GIGANT - vous reçoit à Aix en Provence, ou à Paris. N'hésitez pas à l'appeler au 04 42 69 82 72 - ou lui laisser un message sur ce site. 



LA COMMUNICATION VUE PAR L'ATELIER


Vous êtes Artiste, Auteur, Créateur. Comment  envisager de développer votre vie professionnelle - écrire un livre, devenir artiste-peintre, photographe, avocat, ou créer une entreprise sans mettre au coeur de vos préoccupations la manière de le faire-savoir ? De près ou de loin, vous avez mis les pieds dans une grande ou une petite structure : Qu'avez-vous vu ? Un produit, une prestation - donc un créateur - une direction générale et ses services. Quel sont d'après vous ceux sans lesquels l'entreprise ne peut vivre ? La direction et/ou le créateur et les services liés au développement : communication - marketing et commercial. Les autres vivant de la production générée par ces trois compères. Pour vous, c'est le même régime. Quelle que soit votre activité et sa taille, l'importance stratégique de la communication et du marketing relationnel est déterminante. La place que vous leur réservez est décisive - aujourd'hui et demain. Et n'oubliez pas qu'il n'existe pas de baguette magique - rien ne se décrète - tout n'est que réflexion, action, obstination. Urgent de commencer ! 


CE QU'EN PENSE SYLVIE GIGANT


COMMUNICATION MULTIMÉDIA, MARKETING RELATIONNEL, COMMENT CELA SE PASSE-T-IL EN PÉRIODE DIFFICILE ?

La communication a un goût d'investissement. Lors d'une crise, il y a ceux qui persévèrent et ceux qui abandonnent. Les uns investissent, les autres réduisent les budgets. Et si l'on faisait les deux ? Maîtriser son budget et continuer ses investissements. Pour cela, il est urgent de comprendre que le structurel et le conjoncturel sont indissociables. Ils peuvent se faire un bien fou comme s'auto-détruire. Et lorsque le conjoncturel va mal, il est bien sûr urgent de s'occuper du structurel pour compenser. En matière de communication, d'actions vitales pour se développer, les budgets, plus accessibles que dans la Publicité, sont moins souvent remis en cause. l'Atelier intéressant les personnes en recherche de réflexion et ayant compris ce principe, les négociations existent mais
faiblement et les accords sont équitables. 

 

LA COMMUNICATION EST SUR TOUTES LES LÈVRES. PENSEZ-VOUS QU'ELLE AIT ÉVOLUÉ CES DERNIÈRES ANNÉES ?

La Communication est la colonne vertébrale de toute activité, quelle que soit sa taille. On ne peut envisager une indépendance professionnelle, sans y intégrer le Faire-Savoir de manière pertinente et récurrente. Structurer sa réflexion sur le court et moyen terme, sur la notion de retour sur investissement à long terme est une idée confortable et porteuse d'avenir. Se tromper de communication, c'est s'éviter de réussir ou plus pernicieux se tromper de clientèle. Un jour ou l'autre, il faut y réfléchir. 

 

LA COMMUNICATION EST VUE COMME UNE CHARGE FINANCIERE. QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Une charge mais un investissement clef. Il est vrai que nous favorisons la création d'activités et de sociétés, sans capital ou presque. Pour autant, s'il faut être vigilant sur les charges récurrentes inutiles, tout investissement a son retour. Comme toute activité, la Communication génère des résultats - qualitatifs et quantitatifs - à court, moyen ou long terme. Ce n'est pas magique et les résultats diffèrent - selon qu'il s'agit de communication produits, services, prestations intellectuelles ou artistiques - d'une communication institutionnelle, interne, évènementielle ou de sponsoring. C'est un investissement et le négliger ou le gérer à court terme, c'est négliger ses futurs résultats. Demain se décide aujourd'hui. 

 

PENSEZ-VOUS QU'IL SOIT POSSIBLE DE COMMUNIQUER À MOINDRES FRAIS ? ET COMMENT ?

Communiquer, c'est partager judicieusement et cela, c'est gratuit. Toutefois, une mise de fonds est nécessaire pour une communication de qualité et son suivi. Ensuite, il faut mettre en place une réflexion à long terme, alliée à des actions à court terme, avec des intervenants talentueux et ayant une vision complète de la Communication et du Marketing Relationnel. Les résultats sont alors au rendez-vous et la question ne se pose plus qu'en terme d'optimisation. J'en profite pour rappeler que derrière toute activité sérieuse, il y a un banquier et que financer un investissement, c'est aussi de son ressort. Cela se passe bien si le demandeur s'engage en connaissance de cause et respecte son engagement. 

 

A VOTRE AVIS, QU'EST-CE QUI COÛTE LE PLUS CHER ?

De gérer à court terme, sans budget, sans réflexion globale et stratégique, en solitaire. Le plus économique, c'est d'avancer à petits pas, de construire à son rythme et de capitaliser sur les acquis. Ce qui implique de choisir des fournisseurs-partenaires de qualité et de construire avec eux une relation pérenne. Une manière de faire qui génère qualité des prestations et optimisation des coûts.

 

VOUS VENEZ D'ÉVOQUER LA RELATION FOURNISSEUR. COMMENT VOYEZ-VOUS LA QUESTION ?

l'Atelier du FAIRE-SAVOIR travaille sur le long terme et développe des relations de confiance qui prennent en compte les intérêts de chacun. Instaurer une vraie relation, c'est porteur de sens pour les intervenants. C'est aussi se mettre en situation de gagner du temps et de l'énergie.

 

VOUS EVOQUEZ LE DURABLE ET LE FABRIQUE EN FRANCE. POUVEZ-VOUS NOUS EN DIRE PLUS ? 

La communication est un métier qui eut ses lettres de noblesse mais aujourd'hui, et comme beaucoup de métiers intellectuels, elle est en grande-douleur. Tout le monde se l'attribue, le métier est morcelé, défiguré et finalement, externalisé. Les agences de métier ont pour beaucoup disparu, laissant triste place à des métiers tronqués, dépouillés de sens et de créativité. Certains intervenants nouvellement arrivés sous-traitent et font faire - à prix cassés. l'Atelier est du reste régulièrement contacté par des agences installées ailleurs et qui proposent de travailler en marque-blanche. A l'Atelier c'est résolument non ! Tout est créé ici et totalement personnalisé. Cette manière de ne-pas-faire est dommageable pour celui qui se lance et qui a pourtant tout intérêt à valoriser son image de marque au travers de celle de son propre pays. La France rayonne encore, profitons-en. 

 

L'ATELIER DU FAIRE SAVOIR, UN NOM QUI NE RESSEMBLE A PERSONNE. COMMENT L'AVEZ-VOUS TROUVE ? 

Je souhaitais un nom français, qui ne ressemble qu'à lui-même, si possible long pour transposer la notion de long terme et de stratégie. Comme la démarche proposée par l'agence, une notion d'artisanat et de "popotage" confidentiel et ultra personnel. Je pensais ainsi interpeler la clientèle sensible à la poésie des mots, sensible à la beauté du français, au graphisme créatif. Je voulais être en cohérence avec la démarche proposée par l'Atelier qui consiste à donner les moyens de la différence. Cela fait venir des personnes qui choisissent l'approche globale de la communication, le long terme sans effet de mode et créateur, et des outils qui ne ressemblent qu'à eux-mêmes. La démarche a aussi l'avantage pour tout le monde de sortir de la concurrence, et de s'offrir une absence totale de copier-coller. 

 

VOUS PARLEZ PARTENARIAT ET EXTERNALISATION. QUEL TYPE D'ENTREPRISE CELA CONCERNE-T-IL ?

Toutes les entreprises ou activités qui souhaitent progresser dont les TPE ou PME-PMI voulant se diversifier, apporter à leurs clients de la nouveauté, sans se développer structurellement. Le Partenariat, c'est une des clefs du développement et de la pérennité d'une entreprise. Reste à être vigilant sur la qualité du Partenaire et le respect des équilibres et des engagements réciproques. 

 

DES LIENS PARTENAIRES APPARAISSENT SUR L'ATELIER DU FAIRE-SAVOIR. QUI SONT-ILS ?

l'Atelier du FAIRE-SAVOIR a développé un réseau Partenaires destiné à compléter et à élargir son expertise. Pour des raisons de confidentialité, tous n'apparaissent pas sur le site. Ils sont le fruit de relations de longue durée et la résultante de plusieurs années de travail en équipe. Travailler avec l'Atelier du FAIRE-SAVOIR, c'est aussi se doter d'un pool de compétences en Communication multimédia et Marketing relationnel - Informatique et Sécurité aussi -  capable d'apporter une réponse entièrement personnalisée. 

 

MARKETING RELATIONNEL DURABLE : QUE FAUT-IL COMPRENDRE ?

Le Marketing Relationnel, c'est une stratégie de développement de tous ses réseaux. C'est aussi faire vivre les outils de communication, principalement le site internet et les réseaux sociaux. Toutes les activités de l'Atelier du FAIRE-SAVOIR reposent sur le principe de "durabilité" et de changement, d'agilité. Il s'agit de faire fonctionner une réflexion à long terme avec des actions à court terme et cela, quelle que soit l'activité concernée et quels que soient les moyens dont vous disposez. En gardant toujours en tête le fait que durabilité rime avec stratégie.

 

QU'EST-CE QUI DIFFÉRENCIE L'ATELIER DU FAIRE-SAVOIR D'UNE AGENCE DE COMMUNICATION CLASSIQUE ?

l'Atelier du FAIRE-SAVOIR apporte une réflexion globale - Stratégie, Conception, Réalisation - du Papier au Web. Il conçoit, rédige, illustre et fait vivre. Il est en mesure de créer et de prendre en charge la communication d'un artiste, d'un auteur, d'un créateur dans son ensemble. Il aide le Professionnel, quel que soit son secteur d'activité, à faire émerger sa personnalité. Il peut être aussi le DIR-COM d'une structure qui choisirait d'externaliser la fonction. Il intègre le développement personnel et le coaching à la démarche de communication et de marketing relationnel.  

 

L'ATELIER A UNE TRIPLE COMPÉTENCE - EN QUOI EST-CE EFFICACE ?

C'est un cheminement naturel, une manière d'approcher la vie dans son ensemble. Une approche globale alliée à une expertise métiers. C'est une manière d'être facilitateur de réussite, permettant d'avancer plus aisément et aussi de débloquer les tensions internes. C'est aussi l'ouverture sur une relation à long terme, favorable au développement de toute activité professionnelle. 

 

VOUS AVEZ UN MASTER II EN MANAGEMENT STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL.

UNE FORMATION PARTICULIÈRE, LE CURSUS "ICG".

Le cursus "ICG" a en effet une spécificité : l'approche globale et stratégique, intégrant la communication et le marketing, de la stratégie à l'opérationnel. Un détour par les sciences humaines et le coaching en entreprise comme moyen de diriger son équipe, avec efficacité, souplesse et empathie. Une approche positive cohabitant bien avec l'état d'esprit développé depuis toujours avec mes collaborateurs.

 

VOUS ETES FORMEE AUX GOBELINS, L'ECOLE DE L'IMAGE. POURQUOI CE CHOIX ? 

J'étais déjà formée en continu en communication et marketing, ayant choisi d'être un DIRCOM actif qui sait faire - écrire, illustrer, concevoir. Ce qui a semble-t-il laisser un souvenir particulier à mes agences partenaires. J'ai travaillé à la gestion de projets web et  j'ai appris les techniques informatiques. Je voulais donc peaufiner les acquis : J'ai choisi les Gobelins pour la qualité de ses professeurs, pour sa liberté structurée envers les artistes. Pour sa réputation en matière de Cinéma d'animation - de dessins animés - qui en fait une école dont sortent chaque année vingt-cinq artistes qui se voient immédiatement embauchés par les producteurs et metteurs en scène du monde entier. 

 

VOUS ÊTES CE QUE L'ON PEUT APPELER UN AUTODIDACTE-DIPLÔMÉ. POUVEZ-VOUS NOUS EXPLIQUER ?

Une formulation contradictoire et rigolote qui me va bien. Pour moi, c'est une démarche naturelle. Depuis toujours, j'aime apprendre seule et expérimenter, réfléchir, observer tout en écoutant et en allant vers les autres - lectures, cours magistraux, conférences, expositions, arts, voyages... Quelques diplômes d'études supérieures en poche, une longue expérience professionnelle en entreprises et comme créateur-dirigeant, j'aime approfondir mes acquis par la formation continue et sans excès, faire parfois l'effort de me confronter à l'examen. 

 

JE SUIS UN CREATEUR, UN ARTISTE, UNE ENTREPRISE... QUELS CONSEILS ME DONNEZ-VOUS ?

Celui de penser long terme, d'avoir un but et des objectifs. D'agiter le court terme - nécessaire à la survie - et le long terme en parallèle, l'un accompagnant l'autre. Et dès le début de l'activité, de travailler de manière cohérente et astucieuse. C'est efficace, rentable et cela permet de capitaliser sur les acquis. Je dirais aussi qu'il faut choisir des outils de qualité pour ne pas subir les affres de la technique et s'adjoindre des partenaires plus que des fournisseurs, ce qui sous-entend une volonté commune et un plan de développement clairement défini.  

 


LE COACHING VU PAR L'atelIER


Vous êtes Artiste, Auteur, Créateur. Vous avez mille idées en tête, vous êtes entreprenant, actif, mais parfois, la tension baisse.  Comment  envisager de développer votre vie personnelle ou professionnelle - les deux font la paire - écrire un livre, devenir artiste-peintre, photographe, avocat, ou créer une entreprise sans prendre conscience de la nécessité de vous équiper de ténacité et de persévérance ? Et mettre au coeur de vos préoccupations la confiance en soi, en toute lucidité, et tout en laissant les rêves vous envahir... Tout cela vous le savez, vous avez le bon diagnostic car même si nous nous découvrons chaque jour - vous vous connaissez plutôt bien. Pour autant, il vous manque souvent une béquille, ce support qui aide à anticiper, à prévoir et évite de chuter. Avoir béquille en tête, c'est vivre mieux, plus simplement, plus confortablement. Bien sûr, vous pouvez jouer vous-même ce rôle : certains y arrivent plutôt bien et ont toujours une longueur d'avance, un plan B. Mais si vous avez constater des difficultés redondantes à réaliser ce qui vous tient à coeur, un coach peut jouer ce rôle et vous accompagner quelque temps - le temps qui est le vôtre. Vous souvenez-vous des vélos avec stabilisateurs et ce que faisaient nos parents pour nous aider à nous lancer ? Un coach, c'est un peu ça. Il vous aide à ne pas lâcher ou à lâcher à bon escient, à voir clair, à choisir, à continuer plus confortablement. Quel bonheur que d'arriver à se dépasser ! 


CE QU'EN PENSE SYLVIE GIGANT


SYLVIE GIGANT, l'ATELIER DU FAIRE-SAVOIR A TROIS CORDES À SON ARC : COMMUNICATION MULTIMÉDIA, MARKETING RELATIONNEL, COACHING PROFESSIONNEL. COMMENT CELA S'ARTICULE-T-IL ?

C'est une approche globale alliée à une expertise métiers acquise depuis bien longtemps. J'ai du tomber dedans.  Une ouverture sur une relation à long terme : ces trois disciplines étant indispensables au développement personnel et professionnel. Pour autant, si la communication et le marketing sont indissociables, le coaching peut être totalement mis à part. Mais ils se trouvent que mes clients sont des personnes qui ont plus des envies de progrès ou de reconversion professionnelle sans problème personnel préoccupant.  Quel que soit votre métier et/ou votre projet, vous trouvez à l'Atelier un accompagnement complet, de l'intention à la réalisation.  

 

VOUS ACCOMPAGNEZ DES PERSONNES DEPUIS LONGTEMPS. COMMENT VOUS Y PRENEZ-VOUS ?

Assez naturellement. Je privilégie la communication, l'écoute active, le travail comportemental, la compréhension du psychisme humain, des émotions mais aussi des situations et des organisations. Une réflexion systémique avec une analyse globale de la situation, un diagnostic et une ouverture sur tous les possibles, en respectant le principe de réalité. Une approche globale - du pourquoi au comment - de la prise de conscience au développement.

 

CHÔMAGE, STRESS AU TRAVAIL - BURN IN, BURN OUT, BORE OUT - QUE PRÉCONISEZ-VOUS ?

C'est souvent ce qui malheureusement conduit les personnes à se faire accompagner. Mais pas toujours, heureusement. Le mieux, c'est de ne pas sous-estimer l'impact d'une situation et de choisir de se faire accompagner préventivement - avant la douleur. Devancer l'appel permet de plus rapides et meilleurs résultats. Comme une canne que l'on utilise pour éviter de tomber. Il existe différentes possibilités d'accompagnement permettant de rester libre de ses mouvements. 

 

COMMENT CHOISIR SON COACH ?

Il est pertinent de choisir un coach dont le parcours est cohérent, riche de savoir-faire et de responsabilités personnelles et professionnelles - si possible en Entreprises - car il connaîtra la psychosociologie des organisations. Un coach, c'est un serrurier. Plus il a de clefs, plus il ouvre de portes. Même si en définitive, c'est l'accompagné qui fabrique son trousseau. L'accompagnant idéal, c'est celui avec lequel vous vous sentez bien mais pas seulement, c'est surtout celui qui vous surprend. 

 

LE COACH A SES OBLIGATIONS, MAIS LE COACHÉ, QUELLE ATTITUDE DOIT-IL AVOIR POUR DE BONS RÉSULTATS ?

Le coaching, c'est une construction-à-deux. Ce n'est pas une psychothérapie ou une psychanalyse. Il est important d'être compris, tout en acceptant d'être surpris, dérangé dans ses croyances, savoir entendre des idées nouvelles, bouleversé le train train sécurisant mais souvent mortifère. Généralement, les personnes que j'accompagne y parviennent car elles viennent spontanément, souffrant d'une atmosphère mais souvent d'autre chose. ils ont un professionnel pour la plupart et la demande est global : me faire progresser, et démarrer ou repenser mon activité. Si le cadre est limite, c'est à dire que la personne vient en spectateur, il m'arrive assez souvent de refuser d'accompagner, purement et simplement.

 

LE COACHING SE GÉNÉRALISE EN FRANCE. TROUVEZ-VOUS CELA POSITIF OU INQUIÉTANT ?

Positif - à bonne dose - car c'est le constat que les personnes sont en quête d'avancées et de progrès personnel et professionnel. C'est un peu comme un médicament. A partir d'un bon diagnostic, il faut choisir une méthode d'accompagnement qui vous plaise et s'investir totalement pour obtenir des résultats. Sans oublier ensuite, la nécessité de s'en affranchir. Car c'est un moyen, pas une fin en soi. 

 

VOUS AVEZ UNE EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE DIVERSIFIÉE. QUE POUVEZ-VOUS EN DIRE ?

Si vous regardez bien, tout est lié à la Relation, de près ou de loin. J'ai en effet choisi d'avancer en me diversifiant mais en travaillant à acquérir des compétences complémentaires qui permettent une réflexion globale, de la réflexion pure à la réalisation technique. Une démarche spontanée due à la fois à une ligne de vie, à des émotions, à des rencontres, à une approche de l'existence et à des choix de formation, orientés long terme, indépendance et autonomie. 

 

VOUS AVEZ UN MASTER II EN MANAGEMENT STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL.

UNE FORMATION PARTICULIÈRE, LE CURSUS ICG - MBA.

Le cursus ICG a en effet une spécificité : l'approche globale et stratégique, intégrant en son temps les sciences humaines au coeur de la direction d'entreprise ou de département. D'où un volet en psychologie et en programmation neuro linguistique - PNL. Un détour par l'analyse transactionnelle, outil simplificateur mais qui a ses bons côtés. Une approche cohabitant bien avec l'état d'esprit développé depuis toujours avec mes collaborateurs. L'omniprésence de l'écoute-active de Carl ROGERS et un parcours coach clinique psychanalytique auprès de psychologues cliniciens et de psychanalystes. Le pourquoi et le comment, ça aide parfois. 

 

VOUS ETES FORMEE AUX GOBELINS, L'ECOLE DE L'IMAGE. QU'EN PENSEZ-VOUS ? 

J'étais déjà formée en continu et de longue date mais je voulais peaufiner les acquis et continuer d'avancer, notamment en technique. J'ai choisi les Gobelins pour la qualité de ses professeurs, pour sa liberté structurée envers les artistes. Pour sa réputation internationale en matière de Cinéma d'animation - de dessins animés - qui en fait une école dont sortent chaque année vingt-cinq artistes qui se voient immédiatement embauchés par les producteurs et metteurs en scène du monde entier. Certainement le métier que je ferais si j'en avais le temps.   

 

VOUS ÊTES CE QUE L'ON PEUT APPELER UN AUTODIDACTE-DIPLÔMÉ. POUVEZ-VOUS NOUS EXPLIQUER ?

Une formulation contradictoire et rigolote qui me va bien. Pour moi, c'est une démarche naturelle. Depuis toujours, j'aime apprendre seule et expérimenter, réfléchir, observer tout en écoutant et en allant vers les autres - lectures, cours magistraux, conférences, expositions, arts, voyages... Quelques diplômes d'études supérieures en poche, une longue expérience professionnelle en entreprises et comme créateur-dirigeant, j'aime approfondir mes acquis par la formation continue et sans excès, faire parfois l'effort de me confronter à l'examen, à l'exigence des autres. 

 

JE SUIS UN ARTISTE, UN AUTEUR, UN CREATEUR QUI SOUHAITE RÉALISER UN PROJET. QUE ME DITES-VOUS ?

D'échanger préalablement avec votre coach présumé pour comprendre sa démarche, son éthique, son fonctionnement et ses méthodes, avant de prendre votre décision. Et surtout, de choisir celui ou celle qui vous amènera à comprendre, à ressentir au-delà des mots et du présent, à vous singulariser et à acquérir l'autonomie. Celui qui vous fera entrer dans un univers d'enrichissements, d'ouverture sur de nouvelles approches, de nouvelles activités. Celui qui saura doucement vous bousculer.